Whatsapp: +33 7 72 77 80 39 / 

Faire face au coronavirus : défis et riposte pour soutenir le crédit aux entreprises pendant la pandémie.

  • Posted on:  samedi, 18 avril 2020 10:52
  • Écrit par 

Le Groupe de la Banque mondiale se mobilise pour apporter une réponse rapide et modulable à la pandémie de coronavirus. Financements, conseils sur l’action à mener et assistance technique : nous déployons l’ensemble de nos instruments dans toutes les régions en développement et tous les secteurs concernés, de la santé et l'éducation au commerce et à la technologie.

Avec cette nouvelle série de billets, nous vous proposons un tour d’horizon des initiatives menées par les équipes du Groupe pour faire face aux défis d’aujourd’hui et de demain..
1. En quoi consiste l’action de votre équipe face à la pandémie de coronavirus (Covid-19) ?

Notre action s’inscrit dans les efforts déployés par IFC pour préserver les flux de crédit vers les entreprises touchées par la pandémie. Outre son impact sanitaire considérable, cette pandémie a aussi de graves conséquences économiques. Elle a frappé de plein fouet les secteurs du tourisme et du commerce de détail. Dans certains pays, la fermeture des usines a des effets en cascade sur leurs chaînes d’approvisionnement. Parce qu’elles ne trouvent plus de débouchés pour les biens et les services qu’elles produisent, les entreprises sont confrontées à une baisse importante voire à l’arrêt de leurs recettes. IFC contribue à hauteur de 8 milliards de dollars à l’enveloppe de financements mobilisée par le Groupe de la Banque mondiale pour soutenir la lutte contre le coronavirus. Sur ce montant, 6 milliards de dollars vont permettre de fournir des liquidités à des établissements financiers afin qu’ils consentent des prêts aux entreprises et que celles-ci puissent ainsi continuer à payer leurs fournisseurs et leurs employés. Outre les risques sanitaires auxquels sont exposées les populations, la cessation des activités dans les entreprises met en péril leurs emplois. Au détriment de ceux qui auront le plus besoin de notre soutien, à savoir les personnes qui vivent déjà dans l'extrême pauvreté ou des environnements fragiles.

2. Comment parvenez-vous à assurer une mobilisation rapide des financements ?

Dans un monde interconnecté comme le nôtre et à l’ère des chaînes d’approvisionnement mondialisées, un choc comme celui que nous connaissons aujourd’hui aura de fortes répercussions sur l'économie mondiale. C’est pourquoi il est indispensable de déployer des soutiens financiers rapidement, mais aussi à l’échelle mondiale, et avec suffisamment de souplesse pour s’adapter à l’évolution de la crise. L'expérience nous a appris l’ampleur d’un tel défi. Lors de la crise financière mondiale de 2008, IFC a étendu rapidement son programme mondial de financement du commerce, dont la mission est d'aider les banques à fournir des crédits commerciaux aux entreprises en difficulté. Nous avons fait la preuve que nous étions en mesure d’agir vite, tout en garantissant le strict respect de nos normes en matière de crédit, d’environnement et de gouvernance sociale. Pour agir aussi vite que possible, nous utilisons des instruments pour lesquels notre Conseil d’administration a déjà délégué à la direction le pouvoir de déployer des fonds.

3. Comment faire plus ? Quels sont les partenaires d’IFC ?

À l’heure où nous parlons, nous passons au peigne fin l’ensemble de notre portefeuille afin de mettre en évidence les points faibles et les besoins. Quels sont les régions du monde et les pays les plus durement touchés ? Quels sont les secteurs d'activité et les entreprises qui ont le plus besoin d’aide ? C’est une étape essentielle pour guider nos efforts. En même temps, nous sommes déjà passés à l'action. Au Viet Nam, par exemple, nous avons contribué à relever les limites des crédits commerciaux de quatre banques, pour les porter à 294 millions de dollars. Cette mesure a permis de préserver des échanges commerciaux et des maillons d’approvisionnement essentiels, et nous espérons qu’elle aidera les entreprises en mal de trésorerie, et en particulier les PME, à se maintenir à flot. Nous sommes en contact étroit avec nos clients bancaires, puisque c’est par l'intermédiaire de ces établissements que les fonds parviennent aux entreprises. Nous travaillons également en concertation avec d’autres banques multilatérales de développement, afin d’envisager des possibilités de collaboration dans la lutte contre la pandémie. Dans les périodes de ralentissement de l'économie mondiale, les investisseurs privés sont en général moins enclins à miser sur les marchés émergents. Dans ce contexte, les banques multilatérales de développement jouent un rôle anticyclique capital, car elles apportent des programmes de financement de grande ampleur et coordonnés qui permettent de consolider ces marchés. La prochaine étape consistera donc à mobiliser une force de frappe financière plus importante, y compris auprès d’autres banques multilatérales de développement.

4. Quelle est l’approche de long terme d’IFC pour mieux se préparer à une crise comme celle-ci ?

La vocation d’IFC est d’exploiter le potentiel du secteur privé pour instaurer une croissance économique diversifiée et améliorer les conditions de vie dans les pays en développement. Les pays seront d’autant mieux armés pour faire face à une situation comme celle d’aujourd’hui que nous serons parvenus à les aider à développer un secteur privé dynamique et leurs marchés financiers. Les actions que nous entreprenons actuellement sont cruciales. La pandémie de Covid-19 provoque une onde de choc violente, mais si nous réussissons à atténuer ses répercussions économiques, les pays pourraient même en sortir plus forts. Pour cela, nous devrons adapter en permanence nos moyens d’action, en agissant à la fois avec souplesse et anticipation pour répondre aux autres difficultés que pourraient rencontrer nos clients, en particulier dans les pays les plus pauvres et fragiles.

POUR EN SAVOIR PLUS

La réponse du Groupe de la Banque mondiale à la pandémie de coronavirus (COVID-19)

Lu 1120 fois
Chantal Malion

QUI EST-ELLE ?
Sa personnalité et son charisme continuent de fasciner les gens, surtout les jeunes. En lisant les 5499 courriers reçus au cours de l’année 2019 par les jeunes un peu partout en Afrique, elle se rend compte de la charge et de l’espoir qu’elle suscite auprès la jeunesse africaine. Depuis la sortie de son livre '' OSER Pour l’Afrique'' paru aux éditions l’Harmattan en France. Madame Malion est devenue la porte-parole d’une jeunesse résilience. En savoir plus 

 

Chantal Malion | Actualités

TOP des Articles | les plus lus

beton barbekü